Pride and Prejudice – J.Austen

2.1

Pour moi, la lecture, c’est une longue histoire arrêtée en plein vol. Toute mon enfance et jusqu’au collège, j’ai dévoré les livres. Dès que j’ai su lire, j’ai découvert l’excitation d’avoir une bibliothèque dans ma classe, de me trouver face à un « grand » choix de livres, « le monde pris dans un miroir », comme dirait Sartre.

J’élisais plusieurs livres, n’attendais jamais d’en avoir fini un pour en commencer un autre, et je passais des heures à lire tous les jours. Je lisais de tout : livres pour enfants, grands classiques (beaucoup), science-fiction, romance, histoire, policiers, magazines pour ados. L’unique chose que je n’ai jamais lue de moi-même, je crois, c’est de la philo. Je lisais partout, tout le temps. En attendant, en marchant, au lieu de travailler, au lieu de dormir le matin.

Et puis un jour, une amie m’a fait découvrir les manga. Ma frénésie de lecture s’est transférée sur ce nouveau type de littérature. Ca cumulait dessin, exotisme et de belles histoires, c’était magique. Je n’ai plus lu que ça.

2.2

Ensuite est venu l’enseignement supérieur, la prépa et l’école. J’avais des pavés assez assommants à lire et décortiquer pour les concours, et guère de temps pour moi. J’ai perdu l’habitude, le goût de lire. C’est très bizarre, quand j’y pense.

Je lisais moins de cinq livres par an. Par à-coups. Des Fred Vargas, toujours en moins d’une semaine. Quelques classiques. Quelques nouveautés recommandées par ma coloc’, livres impossibles à lâcher mais jamais inoubliables. Je trouve ça très désagréable, comme sensation. Ces romans de gare n’élèvent en rien l’esprit, et je suis toujours frustrée à la fin : « tout ça pour ça ?! ». Je ne comprends pas les passionnés des Salons du livre : pourquoi s’obstiner à lire autant de bouquins moyens sortis en 2013 et à en singulariser 2-3, quand il suffit d’attendre 10 ans et de se plonger dans les quelques survivants dont la réputation a traversé les temps ? Je déteste l’industrie du livre…

Bref, vous l’aurez compris, je préfère les classiques. Ce sont des livres riches et il est rare qu’ils ne m’apportent pas quelque chose. Ma dernière lecture de ce type, c’est Pride and Prejudice (Orgueil et Préjugés dans la traduction française). Je connaissais le film de Joe Wright avec Keira Knightley, je le visionne régulièrement, et j’ai été très agréablement surprise par le livre !

2.3

En quelques mots : Dans un petit village anglais, fin XVIIIeme, Mrs. Bennet n’a d’autre préoccupation que de marier ses cinq filles afin de leur assurer un avenir serein. L’arrivée de nouveaux voisins, Mr. Bingley et son ami Mr. Darcy, plonge les aînées Jane et Elisabeth dans des affaires de cœur tumultueuses.
Cette dernière découvre l’amour en rencontrant le bel et aristocratique Darcy. Pourtant, tous deux devront passer outre leur orgueil et les mauvaises interprétations qui s’ensuivent avant de tomber dans les bras l’un de l’autre à la grande surprise des Bennet.

Bien que je l’aie lu en anglais et que la langue soit un peu alambiquée, je l’ai lu à toute vitesse. Ce livre est complètement addictif : comme ceux dont je vous parlais plus haut, la substance et le style en plus. J.Austen y décrit la petite noblesse terrienne anglaise (dont elle est issue) avec une ironie à la fois tendre et mordante. J’ai passé mon temps à rire, ce qui est rare. Pride and Prejudice est une vraie comédie, avec un côté satirique complètement éclipsé par le (pourtant fidèle à mes yeux) film de Joe Wright. Pour celles et ceux qui veulent approfondir leur lecture, la page wikipédia française est bien documentée (thèmes abordés, personnages, illustrations, etc…).

2.4

J’ai été charmée, complètement tenue en haleine par l’histoire d’amour entre Darcy et Elizabeth, même si je la connaissais déjà. Tout est tellement bien conté, avec finesse… j’ai très envie de lire les autres livres de l’auteur, notamment Sense and Sensibility, Emma et Persuasion. Je vous en dirai des nouvelles !

Publicités

2 réflexions sur “Pride and Prejudice – J.Austen

  1. Ouais! Mon livre préféré, avec celui d’oscar wilde, le portrait de Dorian Gray. Et même sensation, j’ai perdu l’envie, la passion du livre. Super étonnant quand j’y pense… Je dois etre trop sur internet…Et avant, j’avais 30mn pour aller au boulot, ca aide…

  2. C’est fou ça, on a les mêmes goûts!! Le portrait de Dorian Gray est aussi un de mes grands amours. Pas lu en anglais, par contre (j’ai les oeuvres complètes en français, ya de quoi s’occuper déjà!). Dis-moi que tu adores aussi Jane Eyre 😀
    Pour les livres, tu devrais t’y remettre, petit à petit! Ca fait vraiment du bien… mais tu dois avoir raison, la consommation boulimique généralisée d’internet est sûrement en cause dans l’arrêt de la lecture 😦

Merci pour vos petits mots!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s